Guy Bedos

Ecrire ses mémoires n’est cohérent que si l’on se tue à la fin.

Ecrire ses mémoires n’est cohérent que si l’on se tue à la fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *