Fosse aux molosses…

Mardi 26 février 2008, 17h45, petite gare d’une bonne banlieue de l’ouest lausannois…

Mardi 26 février 2008, 17h45, petite gare d’une bonne banlieue de l’ouest lausannois…

Je suis au guichet, derrière une jolie jeune femme, juste pas la trentaine, cheveux marrons bouclés et attachés. Agitée, elle change d’appui d’une hanche à l’autre, se tourne, se retourne… Echappés de ses mains soignées, de longs ongles s’enfouissent fébrilement dans sa bouche rose… Elle se tapote les lèvres… le bal est étrange. Puis un couple survient, à jeun, qui cherchait aventure et que… Pardon, je m’égare !
Un couple survient, donc, du fond de la gare, flanqué d’un molosse. Vous savez bien, un de ces chiens campés sur les muscles qui leur servent de pattes, museau rose yeux bridés, oreilles cassées…
La fille sursaute franchement cette fois et lance en reculant :  » J’ai peur des chiens ! »
Le dadet, donne un vague coup de laisse à son protégé et dit: « Ah c’est pour ça que vous me regardiez ! » lance-t-il…!
« Je me disais aussi, qu’est-ce qu’elle a la meuf à me mater comme ça, elle drague ou quoi ? ». Puis un gros rire spirituel vint comme une signature, comme si l’allure vestimentaire du crétin ne suffisait pas. Et je m’en veux de n’être pas intervenu, par simple courtoisie envers la belle, par pure désapprobation pour l’abruti. C’est que voyez-vous, mourir là déchiqueté, dévoré dans cette gare minable, vous m’en auriez peut-être voulu, qui sait…

Pierre d’o

Eurofoot…

Franchement, ça vous étonne, vous ? Que l’Euro n’ait pas encore décollé, que l’organisation peine à faire le plein de bénévoles ?

Franchement, ça vous étonne, vous ? Que l’Euro n’ait pas encore décollé, que l’organisation peine à faire le plein de bénévoles ? Qu’un bel élan populaire ne transcende pas encore l’événement sportif de l’année ? (J’en vois quelques-uns qui toussent ou qui ricanent en se disant, le Pierre d’o, il est pas bien au courant… Attendez, je le garde pour la fin). Franchement, ça vous étonne que ces splendides mascottes (là aussi, ils se foutent de vous: pourquoi deux ? Ben, pour vous piquer le double, bananes !) ne se balancent stupidement que dans les vitrines où on les trouvent déjà soldées ? J’écoutais l’autre jour un de ces fleurons navrant du journalisme démago qu’on appelle justement « le micro-trottoir »… Les mecs disaient: « J’ai pas eu de billet », ou « Je serai mieux chez moi », ou encore « Je suis très occupé »… Pour les billets, ils sont pas bien au courant les taborniauds… Des billets, y’en a plein ! Y’a qu’à commander . Cela dit, faut avoir le moral et le caractère bien fait, parce que franchement, à CHF 568.- pour un match pourri entre l’Autriche et la Croatie, à Vienne le 8 juin, un dimanche, en plus…
Et ça, c’est le moins cher que j’ai trouvé !
L’événement sportif de l’année, je disais… ben oui, vous en voyez un autre, vous ? Ah, vous pensiez aux JO…? Ouais mais c’est pas du sport, ça…C’est un camp d’entraînement pour les survivants d’un accident nucléaire ! Vous saviez pas ? Les athlètes vont débarquer en hélico avec un masque à gaz 2 minutes avant les compètes et reprendront l’avion le même jour… Les médailles ? Ils s’en foutent, elles seront radio-actives !

Pierre d’o

Couples fusionnels…

J’aimerais être en train de lire le dernier scénario d’un film de Labro, découvrant le montage diabolique de Bernard Kouchner qui, ayant accepté de devenir un des hochets de la République, confondr

J’aimerais être en train de lire le dernier scénario d’un film de Labro, découvrant le montage diabolique de Bernard Kouchner qui, ayant accepté de devenir un des hochets de la République, confondra son président en le conduisant tout droit dans le mur qu’il n’a pas vu venir… Mais tout au plus ce président, passe-muraille comme chacun sait, se barricadera pour quatre années, avec au minimum un toit, du caviar et une chanteuse pour passer le temps. Et je me réveille en me disant qu’on est décidément bien seul dans la vie. Bernard Kouchner est bien ministre des affaires étrangères de la France et n’a visiblement aucune intention de quitter son poste. Plus triste, Madame Ockrent, qui entretient avec l’ex-french doctor la relation que l’on sait, aveuglée elle aussi, vient d’accepter de prendre la tête de la holding France-Monde. L’oeuvre, lentement, se fait, se trame… Qu’est-ce que je suis bien, chez moi, avec mon ministre gaffeur et mes forfaits fiscaux.
Reste que je l’aimais bien, moi Christine…

Pierre d’o

Lettre à vous…

A l’heure où l’on se souvient, avec un frisson naturel ( et toutefois contenu) que le droit de vote aux femmes n’existe que depuis une petite génération, à l’heure où nous les hommes, devrions adme

A l’heure où l’on se souvient, avec un frisson naturel ( et toutefois contenu) que le droit de vote aux femmes n’existe que depuis une petite génération, à l’heure où nous les hommes, devrions admettre que vous nous êtes supérieures, sans arrière pensées, à l’heure où vous devenez présidentes, à l’heure où vous n’avez jamais été plus belles, fiables, attirantes, fidèles, concrètes, précises, critiques, diplomates, psychologues, présentes, à cette heure-là, Mesdames, à cette heure précise, dans un chaos majoritairement entretenu par nous, les hommes, du Kenya au Tchad, de l’Egypte au Liban, dans ce monde-là, vous avez pris le temps. Le temps d’écrire le monde avec vos yeux embués peut-être, par les déboires de notre planète délinquante, la rage au ventre, sans oublier la liste des courses, votre cadette qu’il faut mener à la danse et votre leçon d’aqua-gym. Vous avez pris le temps d’échapper aux futilités des gratuits, des vite-lus.
Ce matin, vous avez pris le Temps.
Je vais moi, vous prendre aux mots.
Merci d’être là, j’ai tout mon temps.

Pierre d’o

Décalage…

Je fomente ma revanche. La réparation couve. A moi la manche suivante.

Je fomente ma revanche. La réparation couve. A moi la manche suivante.
Je prends la main ! Il est un être qui hante le Web, les arcanes numériques, les géants de la nano…Jetlag…vous connaissez ? Ahhahah ! …Non-nooonnn !
Pas ce coup de pompe plus ou moins légitime après un Francfort-Singapour en éco…Jetlag est une féline qui monte, comme la petite bête, une chatte qui compte. Souvenez-vous de ça: Jetlag. J-E-T-L-A-G. Jetlag. Si vous êtes comme ça, téléphonez-moi.
Pierre d’O