Petite confidence à ma "psy"…

Le jour que le soleil a hardiment amené ce matin, donne au champ, devant la maison, des airs de printemps.

Le jour que le soleil a hardiment amené ce matin, donne au champ, devant la maison, des airs de printemps. Perchée dans les dernières branches d’un jeune hêtre, la mésange joue sa partition dans cette miniature champêtre. Merles, moineaux et autres rouge-gorge boudent désormais les quintaux de graines qui s’accumulent dans la maisonnette en bois de la miss, sous le cerisier.
La grosse langue orange et jaune qui pend de la caissette du carrefour,ce matin, distille un nouvel objet de thèse pour les poivreaux du café de la Tour. Dernier témoin de l’hiver qui veille encore, le crissement des pares-brises qu’ils faut gratter, au quatre coins du quartier. J’ai eu très peur, je me suis absenté, je reviens doucement, j’apprivoise ce nouveau « vous », la nouvelle façon que j’aurai désormais de voir ce qui me reste à faire, ici, et maintenant.

NB. J’aime bien les mésanges. « Mésange », c’était mon totem de scout à la troupe Notre-Dame de Neuchâtel. Une vénérable institution catholique où l’on dispensait la foi dans la bonne humeur et la loyauté entre camarades. Il faut dire que je l’avais un peu « volé », après que je demande à mes valeureux chefs de changer mon premier totem: « Hyène » ! J’avais 13 ans !

Je vous aime.