Mémoire courte

Comme si nous avions eu besoin de l’échec de Federer pour mieux soutenir Wawrinka…

Comme si nous avions eu besoin de l’échec de Federer pour mieux soutenir Wawrinka… Comme si nos coeurs de supporters n’étaient pas assez grands pour encourager plus d’un champion à la fois… Dans les minables commentaires proférés à l’occasion de l’élimination de Federer à New York, on décèle cette confusion que public et médias entretiennent avec leurs concitoyens sportifs.
Une identification puérile qui réunit aussi les fans de foot avinés, trompetant, vociférant dans les rues lorsque « leur » équipe gagne un match. Comme si coulait dans leur veine le même sang qui propulse leurs champions.
Cela s’appelle « le chauvinisme » je crois, exactement ce que nous inspiraient les bavardages roublards de nos voisins de l’hexagone, oubliant soigneusement les résultats des athlètes qui ne portaient pas bannière tricolore…Wawrinka est en forme, soit. Réjouissons-nous que le tennis suisse se porte bien, même si la « relève » se fait vieillissante. A 28 ans, « Stan » a peu de chance de détrôner les 9 loups qui le précèdent au classement ATP avant d’atteindre lui-même l’âge de Federer… Mais surtout, fichons la paix à Federer et laissons-le nous enchanter sur les courts, pour notre plaisir, mais pour le sien, aussi.

Pierdo