Pauvre de nous…

Nous qui avions pratiquement achevé de convaincre les éco-sceptiques de notre lugubre impact sur le cours des saisons, voilà que notre climat rassemble ce qui lui reste de force givrée pour nous enquiquiner jusqu’à l’hypothermie !

Nous qui avions pratiquement achevé de convaincre les éco-sceptiques de notre lugubre impact sur le cours des saisons, voilà que notre climat rassemble ce qui lui reste de force givrée pour nous enquiquiner jusqu’à l’hypothermie !

Depuis bientôt 10 ans, je note la floraison de «mon» magnolia, qui ne m’appartient pas mais qui a le bon goût de déverser en une nuit sur mon chemin, les pétales que ses collègues pommiers et cerisiers, mettent pingrement 10 jours à livrer…! Le 2 avril en 2004 et en 2008, le 30 mars en 2005, 2007 et 2009, le 8 avril en 2010, le 28 mars en 2011 et…le 24 mars en 2012 ! Ceux qui savourent mes écrits auront remarqué qu’il manque l’année 2006 et son printemps qui s’est bien fait attendre en laissant éclore quelques rescapés du gel le… 17 avril ! Perspective d’un record battu, voilà aujourd’hui à quoi ressemble la promesse de notre printemps, kaki et poilue, un tue-l’amour quoi… Je veux ces trucs roses et inutiles que mon arbre trop heureux de voir les filles en jupe, lâche comme des pétards un soir de fête. Je veux ranger mes chaussettes, mes polaires et renvoyer la neige dans les souvenirs du pôle, je veux du bleu en haut, du vert en bas et du soleil dans nos coeurs…S’il vous plait…

Pierre d’o

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *